Sylvie SAUVAGEON / L'endroit du décor

Livres et objets posés
2,62 x 1,50 m

70 grande rue de la Croix Rousse.
2,50 x 3,00 m

16 dessins crayon de couleur

Larchmont hotel



 

 

POSTULAT :

 

Tout ce qui est dessiné existe.

Tout ce qui est dessiné est reproduit à l'échelle 1.

Les lés de papier sur lesquels le dessin est réalisé mesurent 1,50 m de largeur.

Le crayon de couleur est la technique dominante.

 

(certains dessins dérogent légèrement au postulat)

 

LA QUESTION DU SUJET

L'endroit du décor.

Les choses vues existent.

L'apparence de la réalité.

Décoller le papier peint, le conserver.

Recouvrir la surface des lés.

Posséder la surface.

Juste la surface.

Il s'agit de souvenirs. La plus fine couche du souvenir, la première, juste celle qui apparaît.

La réalité est un leurre ou une gageure.

A hauteur d'homme.

Images dérisoires.

L'apparat.

Frontal : le nez collé à la vitre … face au mur … peu d'espace, de respiration ; la réalité est juste là, tout près, tout le temps, j'y bute.

Le dessin l'éloigne un peu.

Faire semblant.


L'IMAGE

Le crayon de couleur : l'outil le plus primaire.

La désuétude, l'odeur de poussière, la fragilité, le souvenir des premiers dessins.

Je regarde des adolescents dessiner, leur façon d'investir la page, remplir, colorier là où il faut, appuyer un peu trop sur le crayon, se tromper,

ne pas arriver à tout gommer. La maladresse du collégien me tourmente et me ressemble.

C'est beau aussi une erreur.


L'exactitude n'est pas la preuve.

Fragilité de la preuve.

Fragilité du papier.

Le dessin montre ou démontre.

Démonter.

Il y a toujours une erreur.


LE TEMPS PASSE

Choisir une technique qui prenne du temps, une technique douce, silencieuse ; laborieuse peut-être.

Une technique fragile.

Plus tard, je serai copiste.

Faire pareil.

Il faut être lucide.

Combien de temps passé sur le dessin ? Combien de crayons utilisés ?

La réponse n'a que peu d'importance, le temps est celui nécessaire à rattraper le temps de l'image. Passe-t-on plus de temps à lire l'image

qu'à regarder le vrai ?

La description comme ralentissement narratif.

Ne pas être en phase. La réalité va trop vite. Démarrage tardif ; pas le temps d'être là. Tout est déjà fini. Quand je dessine, je suis là tout le

temps. Forcément.

"Ce que la photographie reproduit à l'infini n'a lieu qu'une seule fois" a dit Barthes.

On pourrait imaginer qu'un jour je dessine mes dessins.

 

.....................................................................................................................- Sylvie Sauvageon -

 

 

 BOITE DE CONSTRUCTION - Novembre 2009

www.sylviesauvageon.com