Joël NEGRI

 

 

w

 

g

 

m

 


 

" Illettrés" et "Ephémères" 2012 - Oeuvres sur papier

 

 

  1. Les moyens de la prose, les effets du poème.

  2. Il n'y a pas de centre, mais il y a des bords. Un peuple de bacilles et d'animalcules à flagelles court sur l'image, avec un penchant certain pour la désorientation. Ces bestioles minuscules ont perdu le nord. Elles se ruent dans les angles ou bien se dispersent à l'aventure; elles se massent ou s'égaillent. C'est un charivari silencieux, un pullulement en toute discrétion. Les Éphémères font partie des plus récents travaux de Joël NEGRI. Passagers temporaires d'une œuvre opiniâtre et fouisseuse, ces éphéméroptères vibrionnent sur la feuille blanche comme des cellules bactériennes sous la lentille du microscope.
    Joël NEGRI poursuit sa cartographie obstinée d'un monde exploré et arpenté par lui seul. Il y signale des populations indécidables et des faunes fabuleuses. Il y désigne le ciel et la terre, mais en les renversant cul par-dessus tête. Il y indique des astres blafards et des archipels aux contours nébuleux, des pluies sidérales et des effondrements abyssaux - bref, une carte du Tendre, version rêveur lunaire. Des cercles et des croix, des chiffres et des lettres (à la disposition plus ou moins aléatoire, comme entraînés dans une chute gravitationnelle) nous déroutent davantage qu'ils ne nous guident. Nous restons à l'orée de ces terræ incognitæ, territoires qui nous sont inconnus et devant lesquels nous nous sentons tout interdits.
    Cette stupeur, en définitive, nous la devons au grand écart que l'artiste grenoblois établit entre son imaginaire poétique et les moyens entièrement prosaïques dont il use afin d'y parvenir. Papier d'emballage pour les cagettes de fruits, pochoir de plaque d'immatriculation minéralogique, découpage à l'emporte-pièce, collage rudimentaire au ruban adhésif, dessin au stylo-bille et peinture au peigne: rien n'est vil à qui sait donner sens aux choses. On comprend, dès lors, pourquoi Joël NEGRI ne parle pas de « dessins » ou d'« œuvres graphiques », mais tout bonnement de « papiers ». Car il s'agit bien ici, en effet, d'une investigation de la feuille de papier, non pas comme simple support de l'œuvre, mais comme son matériau même. Joël NEGRI dessine et peint, certes, mais encore il manipule et ligature, il incruste et insculpe. En somme, il sculpte le papier.

  3. . Jean-Louis Roux
    Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné - 27 avril 2012.