Claire LINDNER

" Sable "

" Les accouplés "

" Ramipèdes "

porcelaine

" Alvéoles "


 

Il y a quelques mois, Claire Lindner recevait le Golden Prize du World Ceramic Center d'Icheon en Corée dans la catégorie Céramique d'expression avec une grande oeuvre étrange et complexe, informelle et abstraite, mimant quelque chose d'organique, de “vivant”, et de frais, la porcelaine associant finesse du grain et sensualité à l'idée de mouvement....

Ces créations invertébrées, habitées de tensions, toxiques et innocentes à la fois, sont une version nouvelle du monstre qui habite l'Histoire de l'Art depuis que l'Homme s'interroge lui-même sur la vie. A l'appui de ce travail, Claire Lindner invoque les artistes et penseurs qui ont abordé la question de l'informe organique et de l'excrémentiel, Bataille et son déclassement de la matière, Fontana et son Concetto Spaziale, Roland Barthes et Hans Bellmer. Elle utilise le même procédé de fines lignes rendant la forme mouvante que celui de l'artiste surréaliste dans ses dessins érotiques.

Si Claire a raison de citer ces artistes qui les premiers brisèrent certains tabous de la représentation, ce qu'elle nous donne à voir est en réalité plus proche de l'émerveillement devant les prodiges de la matière et ses inattendus, plus proche en cela de l'attitude expérimentale d'un Bernard Palissy, d'un Ambroise Paré ou d'un Giambattista della Porta avec leurs observations des anomalies ou des surprises de la nature, d'une époque (la Renaissance) fascinée par ce qu'elle découvrait. La matière qui prend vie me fascine dit d'ailleurs Claire Lindner. Poussée par le désir de comprendre les phénomènes qui engendrent la forme, de saisir au vol le mouvement physique de transformation, dégagée de tout prétexte, elle se livre à une approche exploratoire et très physique de la matière, comme en terre inconnue. Que les pièces soient de petite taille n'y change rien. Elle construit ainsi de manière intuitive les liens qui unissent le corps et l'imaginaire.

Sa force est non pas dans un excès de démonstration mais au contraire de se tenir en deçà du spectaculaire et de l'image. La matière n'est pas un médium au service d'une idée. Elle est à la fois l'idée et le médium. Elle est le corps de l'imaginaire.”

C.Andréani 2008